Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog OK Club

Le blog OK Club

Le blog d'un club de plongée sous-marine Isèrois (FFESSM 14 38 0171)

Publié le par OK Club
Publié dans : #Médical

Article réalisé à partir du magazine "Plongeurs International"


 

Les cabines d'avion sont, bien que pressurisées, en légère dépression par rapport à la pression atmosphérique au niveau de la mer (altitude équivalente de l'ordre de 2500m (1).

Celà pose bien sûr le problème de la gestion de la désaturation après plongée qui peut se calculer (en gros) comme étant fonction de l'écart entre la PpN2 des tissus (saturés en azote en fonction des plongées réalisées) et la PpN2 du milieu dans lequel on se trouve. Si on prend l'avion <=> altitude équivalente de 2500m => PpN2 plus faible qu'au niveau de la mer => Ecart PpN2 tissus/milieu accru => risque ADD accru.
Il faut donc observer un temps de désaturation "avant avion". Les ordinateurs actuels calculent ce temps de désaturation supplémentaire.

Un séminaire DAN (2) s'est réuni dernièrement (3) et a établi des recommandations en fonction des connaissances actuelles sur la saturation des tissus. Voici leurs recommandations :

==> Plongées sans palier de désaturation
* Une plongée unitaire sans palier : 12h mini d'intervalle avant avion.
* plusieurs plongées par jour ou plusieurs jours de plongées (sans palier) :
18h mini d'intervalle avant avion.
==> Plongées avec paliers de désaturation
Il n'existe que très peu de données (expérimentales ou publiées) : recommandation intervalle très supérieur à 18h avant avion.


(1)  Les avions doivent être pressurisés car en altitude de croisière un avion évolue à environ 10 000 mètres d'altitude et l'air extérieur est trop pauvre en oxygène (mais est aussi trop froid et trop sec ) pour être compatible avec la vie. Tout avion de ligne est donc gonflé artificiellement, pour garder à bord une atmosphère respirable (en calibrant une fuite à la sortie, on se réserve la possibilité de renouveler l'air )."L'altitude cabine moyenne" varie selon les types d'avion car dépend de la forme et de l'épaisseur du fuselage (poids) , mais aussi est un compromis entre le coût de la pressurisation et le confort des passagers.Elle est d'environ 2130 m pour un Airbus A310 ,mais de 2400 m pour un Airbus A320.

Les règlements aéronautiques imposent que tout avion de transport public volant à une altitude supérieure à 6 000 mètres (20 000 pieds) doit être pressurisé et qu’il doit rétablir une "altitude" cabine à une valeur maximale de 2 438 mètres en vol normal (8 000 pieds).

De plus il faut maintenir la vitesse de montée de l’altitude cabine en dessous de 2,5 m/seconde (500 pieds/minute) et la vitesse de la descente de l’altitude cabine en dessous de 1,5 m/seconde (300 pieds/minute) : Cette vitesse permet à l’air de circuler à l’intérieur de la tête (nez, gorge, oreille interne) de façon à ce que l’on ait toujours la même pression de chaque coté des tympans. Par exemple, si l’avion monte trop vite pour le système de pressurisation ou si ce système de pressurisation laisse la pression varier trop vite dans la cabine, il y aura une différence de pression entre les deux cotés du tympan d’où le mal d’oreille. 

Lorsque l'altitude pression cabine atteint 11300 ± 500 ft (3401 ± 150 m) : Les consignes passagers "ATTACHEZ VOS CEINTURES" s'allument, ainsi que les boîtiers EXIT supérieurs. Lorsque l'altitude pression cabine atteint 14000 ft (4214 m) : Les masques sont présentés automatiquement - une annonce de secours est diffusée en cabine.

Issu du site "flyingdoctor.org"

 

(2) DAN (Divers Alert Network) est une fondation internationale à but non lucratif qui s'occupe de la sécurité en plongée. Le réseeau international DAN (Europe, America, South Africa, Asia Pacific, Japan) constitue la plus grande association mondiale de plongeurs sportifs (400000 inscrits). DAN est née dans les années 80 à l'initiative de scientifiques reconnus qui avaient réalisé à quel point les accidents de plongées nécessitent des compétences spécifiques peu présentes dans les structures sanitaires courantes.

(3) Conférence "Voler après avoir plongé" au DAN Divers Day - Université de Graz (autriche) - 7/9/2008

 

Commenter cet article