Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog OK Club

Le blog OK Club

Le blog d'un club de plongée sous-marine Isèrois (FFESSM 14 38 0171)

Publié le par OK Club
Publié dans : #Matériel - technique

Rendez vous à 9h à la Ferme.

Si vous possédez un bloc, pensez à l'amener.

Vous réaliserez le démontage, la mise à nu et le remontage après inspection avec et sous la responsabilité d'un TIV.

 

NB : Il n'est pas interdit d'amener de quoi faire une pause sur le coup de 10h du matin.


poulpe_indexpg.jpg

TIV ? Késaco ?

Nos blocs "souffrent" : cycles de gonflage / dégonflage, corrosion due à l'humidité de l'air ou à l'eau de mer, défauts de structure .... etc. Et pourtant nous les gonflons entre 176 b et 230 b. Celà peut présenter des risques, et il est indispensable de vérifier périodiquement leur capacité à être pressurisés sans (trop de) danger.

Un Arrêté (Arrêté du 15 mars 2000 modifié par la Circulaire du 6 mars 2006) décrit les contrôles obligatoires qui doivent être réalisés pour les "Équipements Sous Pression" (ESP).

Un résumé succint de ces dispositions concernant les clubs de plongée affiliés à la FFESSM et soumis au régime dérogatoire des TIV :

- Les blocs doivent subir une inspection périodique (ce que l'on appelle "tiver" un bloc) tous les ans. Cette inspection visuelle porte sur toutes les parties visibles après mise à nu et démontage de tous les éléments amovibles. Cette inspection est réalisée par des techniciens formés et habilités : les TIV (Techniciens d'Inspection Visuelle). A la suite de cette inspection, le TIV décide si le bloc est apte à être remis en service ou doit partir au rebus.

- Les blocs doivent subir une requalification périodique (ce que l'on appelle "passer les blocs en épreuve") tous les cinq ans. Cette requalification est réalisée par un organisme agréé et comprend : une épreuve hydraulique à 1.5 fois la pression de service, une inspection visuelle sous pression et une vérification des accessoires de sécurité (la robinetterie dans notre cas).

 

 


Commenter cet article