Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog OK Club

Le blog OK Club

Le blog d'un club de plongée sous-marine Isèrois (FFESSM 14 38 0171)

Publié le par OK Club
Publié dans : #Médical, #FFESSM
Visite médicale de non contre-indication

Une nouvelle saison commence et il est temps de renouveler sons "certificat médical de non contre-indication à la pratique de la plongée en scaphandre".

Voilà donc un article qui vous permettra de tout savoir sur ce "papier" indispensable à la pratique de la plongée, que ce soit à la piscine ou en mer :

* dernières évolutions fédérales en matière de visite médicale (mot du Pdt de la FFESSM)

*une présentation de l'utilité réelle de ce "papier" qui n'est pas que ça (article de la Commission Médicale de la CTR Bretagne et Pays de Loire)

* la position adoptée au sein de notre club

* téléchargement de documents type (Commission médicale RABA)

======================================================

Visite médicale de non contre-indication

Simplification de l’accès aux brevets de plongeurs en scaphandre de la FFESSM

Une présentation par le Président de la FFESSM

Chères plongeuses, chers plongeurs, cher(e)s ami(e)s
Le type de certificat médical préalable à l’obtention de certains de nos brevets de plongée : niveaux 2 et 3, ainsi que les diverses qualifications connexes : PA ou PE, a été redéfini.
Le problème était simple : la Commission Technique Nationale s’est faite porteuse de demandes émanant de clubs et de SCA et visant des difficultés récurrentes sur le terrain pour trouver rapidement et systématiquement sur toutes les zones géographiques, des médecins fédéraux ou spécialistes pour délivrer le précieux sésame permettant de se présenter à une certification de plongeur de niveau 2 à 3, ou à un PE ou à un PA.
La solution est tout aussi simple : après avoir longuement étudié le dossier et entendu tous les acteurs, y compris les présidents de la Commission Médecine et Prévention Nationale et de la Commission Technique Nationale , après avoir pris acte que dans d’autres systèmes de formation français hors FFESSM, le certificat médical spécialisé n’est jamais exigé, les dirigeants de la fédération ont pris la décision que les médecins généralistes puissent délivrer le certificat médical préalable à la délivrance des certifications de plongeur.
Ce qui n’interdit pas à la FFESSM de conseiller, chaque fois que possible, le recours à un médecin fédéral ou spécialisé et ce même si le certificat de non contre-indication peut être délivré par tout médecin.
Voilà donc une nouvelle action de la fédération, visant à promouvoir le développement de la plongée et répondre aux attentes de la base. Il s’agit là d’une réelle avancée, qui améliore le quotidien de celles et ceux qui font et vivent la plongée et, ainsi, qui facilite le rayonnement de notre fédération.

Jean Louis BLANCHARD
Président FFESSM

===================================================

Visite médicale de non contre-indication

A quoi sert ce certificat médical ?

Cette visite médicale est prévue par la loi... Eh oui, le législateur prend soin de ses sportifs et a prévu depuis 1975 (loi Mazeaud) que ceux-ci devaient faire l’objet d’un suivi médical et d’une visite préventive, obligatoire pour la participation à des compétitions sportives. Depuis, les lois ultérieures ont prolongé cette nécessité de certificat médical pour obtenir licence sportive. Le Code du Sport laisse les fédérations organiser le suivi de leurs licenciés; la commission médicale et de prévention nationale (CMPN) a donc précisé dans son règlement quel médecin doit être consulté en fonction de l’activité et donné des éléments d’aide à la visite médicale (tableau des contre-indications…).

Nos activités se passent dans un environnement particulier. Rappelons que l’homme est un animal terrestre, il doit donc s’adapter pour aller dans l’eau.

S’il met bien Archimède en avantage et soulage ainsi nos articulations en nous portant, le milieu aquatique donne par contre une charge de travail particulière au cœur et au poumon. Il sollicite également les oreilles et le système nerveux dans les profondeurs.

L’eau soumet en effet le cœur à des contraintes particulières. Elle exerce un effet de contention sur le corps qui favorise le retour veineux et donne ainsi une charge plus importante à notre pompe qu’est le cœur. C’est ce qui cause l’envie d’uriner et favorise la déshydratation à la sortie de l’eau. Pendant les activités, la tension artérielle monte. Enfin le cœur reçoit des signaux qui peuvent déclencher des troubles du rythme cardiaque chez des sujets prédisposés.

L’eau soumet aussi le poumon à des contraintes particulières. Elle amincit … elle exerce un effet de compression sur l’abdomen. Elle fait monter le diaphragme vers la cage thoracique. Cette ascension, l’afflux de sang cité plus haut et la compression de l’eau qui s’exerce aussi sur la cage thoracique rendent plus difficile les mouvements respiratoires. A cette contrainte s’ajoutent celles de chaque activité spécifique : l’apnée, l’effort de la nage, la respiration de gaz sous pression en scaphandre …

La pratique de nos activités aquatiques demande donc au système cardio respiratoire une bonne adaptation. La visite de non contre-indication vise à vérifier sa bonne intégrité chez le pratiquant. Le médecin va bien entendu s’intéresser aussi aux autres systèmes touchés par l’activité : les oreilles, le système nerveux, digestif …

Les prises de médicaments, régulières ou ponctuelles, modifient la physiologie et peuvent avoir des répercussions dans les activités dans l’eau, faire courir un risque parfois, rendre un contrôle anti-dopage positif (même des médicaments qui semblent « anodins »). Il faut les mentionner lors de la visite pour adapter au mieux ce traitement à l’activité.

Le médecin va donc poser des questions, examiner, ausculter, si besoin faire des examens complémentaires ou envoyer chez un spécialiste. En cas d'anomalie le médecin évalue le problème que celle-ci peut poser dans votre activité et tente de conseiller au mieux pour éviter un risque d'accident supplémentaire du fait de l'état de santé. Parfois c’est une contre-indication à une activité que l’on donne et l’on oriente vers une autre, d’autres fois ce sont des restrictions.

La visite médicale, ce n'est donc pas une formalité administrative, c'est un vrai temps pour chacun, pour sa santé. Votre médecin est là pour vous accompagner, vous conseiller au mieux dans votre activité afin que celle-ci vous soit réellement bénéfique.

=====================================================

=> Documents à télécharger

Principales contre-indications (à fournir au médecin s'il le souhaite)

Visite médicale de non contre-indication

La position du club

Le club estime que cette visite est importante, et que vu sa fréquence (1 fois par an), il est souhaitable de consulter un médecin plus au fait des problèmes de la plongée scaphandre (médecin fédéral ou du sport) qu'un médecin généraliste.

Voici donc les différents cas :

=> Première licence : médecin fédéral ou du sport

=> Renouvellement licence pour activités d'exploration : médecin généraliste

=> passage brevet niveau 1 : médecin généraliste

=> passage brevets niveau 2 et plus : médecin fédéral ou du sport

NB : Bien que ce soit rarement le cas, il faut savoir qu'une visite médicale de non contre-indication à la pratique d'un sport n'est théoriquement pas remboursée.

Liste des médecins fédéraux du Cté RABA

Commenter cet article

Seb 07/09/2014 21:43

Bla Bla Bla.....
Il est malin ce président, sauf qu'il oublie de dire que c'est une directive et une volonté d'uniformisation européenne qui vise à supprimer les certificats médicaux et ce pour toutes les disciplines. Pour la course à pied et le triathlon, c'est pareil, il y à une obligation de supprimer le certif.... Evidemment, les médecins qui ce sont fait chier et on investies pour être "du sport" ou "fédérale" ne sont pas trop pour cette manne qui bien sur n'est pas censée être remboursé par la sécu et que certain ce permettent de surfacturer (jusqu'à 50€ la visite)....
Alors bien sur, ça fait grincer les dents.....